29 septembre 2020
Journée internationale Antigaspi

Nous sommes Antigaspi - et vous?

Ce 29 septembre, nous célébrerons pour la première fois la Journée internationale de sensibilisation aux pertes et gaspillages de nourriture (JISPGN) ! Cet événement est une initiative de l’Organisation des Nations unies qui, dorénavant, mettra tous les ans l’accent sur la problématique mondiale des pertes et gaspillages alimentaires.

En effet, pas moins d’un tiers des aliments produits à l’échelle mondiale sont jetés ! Étant donné que dans le même temps, près d’un milliard de personnes dans le monde souffrent de la faim, il est inacceptable de rester les bras croisés face à une telle situation. Au-delà de l’obligation morale de s’attaquer à ce fléau, il ne faut pas perdre de vue la dimension écologique du problème. Par la réduction et la prévention des pertes et du gaspillage de nourriture, il est possible de diminuer les émissions de CO2 et de limiter la consommation de ressources en terre et en eau.

Au Luxembourg, nous avons pour objectif de réduire de moitié le gaspillage alimentaire à l’horizon 2030, tant dans le commerce et la restauration que chez les consommateurs. Il en va de même pour la production ! Dans ce secteur, on ne parle toutefois pas de gaspillage alimentaire, mais de pertes alimentaires.

Pertes alimentaires

Aliments qui sont perdus lors de la production ou de la transformation, et qui ne sont donc pas mis en vente ou n’arrivent pas chez le consommateur.
  • légumes qui ne sont pas récoltés;
  • fruits qui sont écartés parce qu’ils ne correspondent pas aux normes de commercialisation.

Gaspillage alimentaire

Aliments qui sont mis au rebut dans les supermarchés, dans le secteur de la restauration ou par des personnes privées.
  • pain invendu qui est jeté à la fin de la journée;
  • restes de pizzas que les clients n’emportent pas à la maison après un repas au restaurant;
  • salade oubliée au réfrigérateur et qui ne peut plus être consommée.
En 2016, le ministère de l’Agriculture a mis sur pied une campagne de sensibilisation au gaspillage alimentaire qui ciblait en premier lieu les consommateurs. En effet, les ménages privés sont responsables de 42 % du gaspillage alimentaire global (un pourcentage encore plus élevé que dans l’industrie agroalimentaire [39 %], la restauration [14 %] et la distribution [5 %]). C’est la raison pour laquelle le Plan national de gestion des déchets vise une réduction du gaspillage alimentaire de 50 % d’ici 2030.

Ainsi, il va de soi que le ministère de l’Agriculture s’associe à la Journée internationale « Antigaspi » et qu’il place le 29 septembre au cœur de la sensibilisation aux pertes et gaspillages de nourriture.

À l’occasion de la première Journée internationale de sensibilisation aux pertes et gaspillages de nourriture, nous vous présentons une série d’actions intéressantes visant à enrayer le gaspillage de denrées alimentaires.

Si vous aussi, vous avez de bonnes idées et que vous vous sentez inspiré pour mettre sur pied un projet personnel, n’hésitez pas à vous manifester dans le cadre de notre appel à projets. Les idées les plus convaincantes bénéficieront d’un soutien financier de la part du ministère de l’Agriculture.
Antigaspi en action

Antigaspi
en action

DÉCOUVRIR
Antigaspi appel à projet

Nous soutenons
votre projet

participer

Antigaspi en action

Etant fondé fin 2018, F4A a été félicité pour son succès rapide au travers de nombreux prix internationaux pour son engagement dans la lutte contre le gaspillage alimentaire.

Pour rappel, le concept de F4A vise à réduire le gaspillage alimentaire au niveau des supermarchés. Grâce à ses solutions technologiques, notamment son application digitale, F4A connecte facilement les détaillants et consommateurs. Ainsi, les détaillants peuvent améliorer la visibilité de leurs produits en date courte et ainsi informer leurs clients en temps réel de l’offre alimentaire à prix réduit.

L’application F4A contient également une base de recettes pour se laisser inspirer.

Comment ça fonctionne? Il suffit simplement aux consommateurs de télécharger l’app F4A qui est disponible gratuitement sur Apple Store et Google Play, d’ajouter les produits souhaités sur leur liste de course, et de se rendre directement en magasin. Adopter F4A, c’est réaliser des économies tout en ayant une démarche éco-responsable.

Food4All Logo

Food4All

« Adopter F4A, c’est prévenir le gaspillage alimentaire, accroître les marges nettes des commerçants et offrir à tout le monde un accès à une alimentation de qualité. »
Ilana Devillers – Fondatrice et CEO de F4A

f4a.icu
Antigaspi Frigo

Frigo anti-gaspillage de Tuntange

« Le gaspillage alimentaire est une insulte à la misère. »
Stephane Mossay – Gérant de l'auberge de jeunesse de Hollenfels

youthhostels.lu

L’auberge de jeunesse de Hollenfels, en collaboration avec la commune de Helperknapp et le ministère de l’Agriculture, a installé un frigo antigaspillage à Tuntange en septembre 2019. Le restaurant de l’auberge de jeunesse Hollenfels et du centre Marienthal dépose ses plats excédentaires dans ce réfrigérateur. Le public peut venir s’y servir au prix de 3 € par plat, selon le principe du « premier arrivé, premier servi ».

Plutôt que d’être mis au rebut, les aliments ont ainsi une seconde chance d’être consommés. Les habitants de Tuntange, de même que les autres passants peuvent ainsi accéder facilement à un menu de qualité en circuit court. L’auberge de jeunesse utilise des produits régionaux du label « Sou schmaacht Lëtzebuerg », de même que des produits issus du commerce équitable, et encourage une alimentation durable. Ce projet qui s’autofinance a permis d’éviter la mise au rebut de deux tonnes de nourriture !

Le concept du BENU VILLAGE – le premier écovillage au Luxembourg, et plus précisément, à la frontière à Esch – a vu le jour en 2015 et prône une économie circulaire socioécologique. Des professionnels peuvent louer des espaces dans le village et y mener leurs activités, à la condition que celles-ci soient en adéquation avec la charte BENU, fondée sur des valeurs de transparence, de responsabilité sociale, de production locale et d’excellence écologique.

Pour le moment, le BENU Village en est encore à ses balbutiements. Une entreprise spécialisée dans le surcyclage (ou upcycling) de vêtements design, une plateforme de vente de créations artistiques « upcyclées » à vocation sociale et un restaurant antigaspillage doivent s’y installer. Le premier restaurant antigaspillage au Luxembourg met l’accent sur des denrées locales et bio et, bien entendu, sur la lutte contre le gaspillage alimentaire. L’objectif est de cuisiner exclusivement à base d’aliments récupérés (rescued food) qui n’ont jamais trouvé place dans les rayons des supermarchés, car même s’ils répondent aux normes, les clients les boudent pour des raisons esthétiques. Le restaurant se voudra inclusif. Le restaurant antigaspillage, qui n’en est qu’à sa phase de développement, sera construit exclusivement à l’aide de matériaux recyclés et ouvrira ses portes à la fin de l’année.

BENU Logo

Restaurant BENU

« Avec toutes les denrées alimentaires produites chaque année qui ne sont consommées ni par la population ni par les animaux, il serait possible de préparer trois repas par jour pour chaque habitant de la planète. Par ailleurs, chaque ménage met au rebut 100 kg d’aliments tous les ans. C’est absolument scandaleux. Le restaurant BENU propose une alternative en préparant des repas de qualité pour encourager les gens à changer leurs habitudes. »
Georges Kieffer – Initiateur du BENU Village

benu.lu

Dudelmagie Logo

Dudelmagie

« Qu’il soit trop grand ou trop petit, chez nous, chaque œuf est valorisé. »
Marc Emering – Exploitant du Biohaff An Dudel

dudelmagie.lu

En 2007, l’exploitation laitière classique a abandonné son activité pour se consacrer à l’engraissement de poulets bio. Dudel-Magie a vu le jour en 2013 et commercialise depuis lors des poulets et des pâtes sous ce nom. L’idée de fabriquer des pâtes a été développée pour réutiliser les œufs n’ayant pas pu être commercialisés parce qu’ils ne correspondent pas aux normes du secteur plutôt que de les jeter ! En 2014, la société Dudel-Magie a obtenu le Bio-Agrar-Präis dans la catégorie « Transformation de produits biologiques ».

Si cette initiative innovante permet de réduire le gaspillage alimentaire, elle a également un impact positif sur l’empreinte écologique des pâtes grâce aux circuits courts.

Trop tordu, trop petit, trop grand – trop imparfait : l’idée derrière on.perfekt est de fonder le premier magasin qui vend des aliments imparfaits au Luxembourg, l’objectif étant de lutter ensemble contre le gaspillage alimentaire. Ce magasin vise à donner une seconde chance aux aliments devant être écartés parce qu’ils ne répondent pas aux normes ou que leur date de péremption est dépassée.

Le magasin entend également soutenir les producteurs locaux et régionaux, soit en procédant à une deuxième récolte chez les maraîchers régionaux ou en récupérant les produits invendus auprès de petits producteurs, d’épiceries et de supermarchés. Les consommateurs sont libres de payer le prix qu’ils estiment juste. on.perfekt est une coopérative au sein de laquelle les membres actifs offrent leur aide dans le magasin et dans les champs.

En ce moment, on.perfekt est à la recherche de volontaires prêts à s’engager activement dans le projet. Le magasin fonctionnera dans un premier temps en tant qu’épicerie éphémère et, par la suite, une branche ouvrira ses portes au nord ou au centre du pays.

Onperfekt Logo

On.perfekt

« Le monde n’est pas parfait, pourquoi nos légumes devraient-ils l’être ? »
Aline Hentz, Fabienne Faber & Julia Gregor - Fondatrices de on.perfekt

onperfekt.lu

Foodsharin Luxembourg Logo

Foodsharing Luxembourg

« Lorsque l’on prend conscience de la quantité d’aliments devant être mis au rebut et qui sont jetés, on ne peut pas rester indifférent. Cela m’a motivée à m’engager activement pour changer le système de façon durable. »
Michelle Kleyr – Cofondatrice de Foodsharing Luxembourg

foodsharing.lu

Foodsharing Luxembourg a vu le jour en 2019 sous la forme d’une A.S.B.L. qui a pour mission de réduire le volume de déchets alimentaires au Luxembourg.
Divers projets doivent contribuer à cet objectif :

  • partenariats avec des magasins alimentaires, des restaurants, des cafés, etc. pour récupérer les restes qui ne peuvent pas être vendus et les redistribuer ;
  • installation et entretien de réfrigérateurs ouverts pour partager les aliments excédentaires de ménages privés ;
  • sensibilisation, notamment à l’aide de stands d’information et d’actions culinaires.

Chaque mois, une séance d’information est organisée lors de laquelle les personnes intéressées peuvent obtenir des renseignements sur l’association.

Eppelpress est une entreprise familiale qui produit depuis 2008 du jus, du sirop, de la confiture et du vinaigre balsamique à base de fruits régionaux. Et comme il n’y a pas de fruits sans abeilles, Eppelpress possède depuis deux ans ses propres essaims d’abeilles qui pollinisent les fleurs des arbres fruitiers. Du miel et de l’eau-de-vie à base de ce produit viennent compléter l’offre.

Les gens peuvent se rendre chez Eppelpress sur rendez-vous. À partir de 200 kg de pommes, ils peuvent se faire presser du jus (Viz) de leurs propres pommes. Il est également possible de déposer des fruits excédentaires chez Eppelpress sur rendez-vous. Dans ce cas de figure, ceux-ci entrent dans le circuit de production.

Le marc sert à nourrir les vaches de l’exploitation agricole ou est livré à la centrale de biogaz afin de produire de l’énergie.

Eppelpress entend soutenir la conservation et l’entretien de nos vergers. Une telle approche n’a d’intérêt que si les fruits peuvent être utilisés à bon escient. La démarche antigaspillage commence avec la récolte des fruits et l’utilisation qui en est faite.

Eppel Press Logo

Eppelpress

« Nos clients prennent part au processus de production et connaissent par conséquent la valeur de leur jus. Leur engagement est présent dans chaque verre de jus, de la première fleur à la récolte des pommes mûres. »
Jean-Paul Friederes – Fondateur d’Eppelpress

eppelpress.lu

Sozialepicerien- a Restauranten

Épicerie et restaurant sociaux

Les personnes dans des situations de vie précaires ne bénéficient pas toujours d’un accès facile aux denrées alimentaires. Les épiceries et restaurants sociaux se sont penchés sur cette problématique, leurs démarches permettant simultanément de lutter contre le gaspillage alimentaire.

centbuttek.lu | buttek.lu | stemm.lu

Les épiceries « Caritas Buttek » et « Croix-Rouge Buttek » proposent une série d’articles de base à un tiers du prix d’achat. Cette offre de base est complétée par des articles qui n’ont pas été vendus au supermarché, mais qui sont encore propres à la consommation. Ceux-ci sont vendus à un prix symbolique.

La gamme de produits des épiceries « Cent Buttek » se compose essentiellement d’aliments que les supermarchés mettent gratuitement à la disposition de l’association. Les clients contribuent par le biais d’un don symbolique de 2 €, soit 200 cents (d’où l’origine du nom « Cent Buttek ») à chaque passage.

Dans les restaurants sociaux de la « Stëmm vun der Strooss », des personnes dans des situations de vie précaires peuvent se procurer un repas à 0,50 € et une boisson à 0,25 €. Les aliments proviennent d’un partenariat avec un hypermarché, et l’équipe de l’Atelier Caddy, une autre initiative de la « Stëmm vun der Strooss », les récupère et les redistribue.

Les collaborateurs, qui sont essentiellement des bénévoles, se chargent de récupérer les aliments auprès des supermarchés, d’effectuer le tri, de stocker les denrées, d’assurer le bon fonctionnement des épiceries et de préparer les aliments pour la consommation au restaurant.

Appel à projets

Vous aussi, vous souhaitez vous engager dans la lutte contre le gaspillage alimentaire ? N’hésitez pas à nous le faire savoir et à nous soumettre votre projet « AntiGaspi ». Le ministère de l’Agriculture prévoit une enveloppe totale de 7 500 € en soutien au(x) projet(s) le(s) plus prometteur(s).

Cet appel à projets est ouvert à tous : personnes privées, coopératives, associations ou autres initiatives. Seule condition : le projet doit contribuer à la prévention et à la réduction des pertes alimentaires et/ou du gaspillage alimentaire au Luxembourg.

En plus de bénéficier d’un soutien financier, les projets retenus seront publiés et présentés au public sur la plateforme antigaspi.lu.

Pour soumettre un projet, il vous suffit de remplir le formulaire « Soumission d’un projet antigaspillage » et de nous le faire parvenir par voie électronique (antigaspi@ma.etat.lu) ou postale (Ministère de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural, « Antigaspi », 1, rue de la Congrégation, L-1352 Luxembourg).

Attention, la date butoir pour soumettre le projet est le 30 novembre 2020 !

Vous trouverez le formulaire, de même que les dispositions officielles et des informations complémentaires au format PDF ci-dessous.

Nous nous réjouissons de découvrir vos idées et vous remercions d’ores et déjà pour votre engagement.

file-pdf-o linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram